Toutes les ressources 15 709 résultats (1ms)

Taxes perçues au nom du Roi et des états de Lille : centième et cinquantième denier.

CC 3 , 1369-1726  

Liste des personnes dont la taxe a été diminuée ou augmentée par les députés au récolement du centième denier des biens immeubles au village d'Armentières. État abrégé des déclarations des bien-fonds situés dans la ville d'Armentières fournies par les habitants. Ordres donnés aux habitants d'Armentières afin de fournir les déclarations prescrites par l'ordonnance royale pour servir de bases à l'imposition du cinquantième denier.

Lettres d'octrois.

CC 16 , 1409  

Lettres permettant à la ville de continuer à lever des impôts sur les boissons afin de subvenir à ses charges.

Lettres d'octrois.

CC 17 , 1424-1472  

Lettres permettant à la ville de continuer à lever des impôts sur les boissons afin de subvenir à ses charges et de payer les dettes qu'elle a contracté. Lettres de Thibaut de Luxembourg, seigneur de Fiennes, d'Erquighem et d'Armentières, qui permettent à la ville de se grever de rentes pour la soutenir un procès contre les héritiers de feu Jean de Cohem, et pour rembourser, aux enfants de Jacques Gavain et de Michel Vallée, la somme due aux orphelins. Certification que le receveur de Flandre est parti de Lille et Ypres, les a tenus quittes de la somme due, moitié de la portion de la ville d'Armenières d'une aide accordée au duc de Bourgogne par les Pays-Bas pour la conduite de la guerre et la défense de ces pays.

Comptes des octrois et deniers patrimoniaux.

CC 50 , 1474-1475  

Comptes des fermes, rentes et explois de la ville pour être employés aux ouvrages et réfection nécessaire de la ville. Frais de construction de la porte d'Arras. Gages des hommes chargés de clore et ouvrir les portes d'Arras, de Houplines, d'Erquinghem, et la barrière du pont de la Lys. Gages des guetteurs de la franche fête. Présents faits, lors de leur passage à Armentières, aux seigneurs de Fiennes, de Santes et de Roubaix, à l'évêque d'Arras, au fils de Jehan Meurille, évêque.

Lettres d'octrois.

CC 18 , 1489-1520  

Lettres de Jacques de Luxembourg, seigneur de Fiennes et d'Armentières autorisant la ville d'Armentières à lever pendant 3 ans les anciens impôts par suite des guerres et divisions passées, tailles et subsides, ainsi que pour subvenir aux frais du guet et garde nécessaire la nuit, afin de subvenir aux ouvrages et réfections aux ouvrages de la ville fortement endommagés par les gens de la guerre du roi de France qui ont brûlé, consumé, pillé et ruiné la ville. Autorisation d'une levée extraordinaire d'impôts dont le produit sera employé à l'agrandissement de l'église devenue plus de la moitié trop petite par suite de l'accroissement de la population qui augmente et se multiplie considérablement à cause du commerce de draperie qui prend de plus en plus d'extension.

Administration générale : correspondance de Jacques de Luxembourg, comte de Fiennes, seigneur d'Armentières, à ses conseillers, correspondance du comte d'Egmont aux échevins d'Armentières.

AA 7 , XVIème Siécle-1712  

Lettre de Nicolas Pignatelli, duc de Bisacha, père et tuteur de Procope-Marie d'Egmont-Pignatelli, comte d'Egmont, seigneur d'Armentières, afin de surseoir à toutes poursuites et procès jusqu'au moment de sa venue où il doit prendre connaissance des intérêts de son fils mineur.

Rentes.

CC 39 , 1554-1576  

Constitutions de rentes par les échevins d'Armentières, au profit de Christophe De le Montagne et de Nicolas Van Raes, drapier, en garantie des sommes prêtées à la ville, le premier pour l'aider à payer la taille ordinaire du terme de Saint-Jean 1554, le second la portion de l'aide du terme de Saint-Jean 1576.

Comptes des octrois et deniers patrimoniaux.

CC 53 , 1558-1559  

Compte rendu aux président et gens de la Chambre des comptes de Lille par les lieutenant et échevins d'Armentières, de l'impôt levé sur le vin et autres boissons, dont la Table des pauvres était redevable.

Lettres d'octrois.

CC 29 , 1558-1570  

Lettres de Philippe II, roi d'Espagne, duc de Bourgogne, comte de Flandre octroyant à la ville d'Armentières la faculté de lever un impôt sur chaque pot de vin vendu au détail, sur la demande de Edouard Padieu, Jean Le Pipre l'aîné, Thomas Ghémart, Pierre Cornois, Guillaume de le Grange, Henri de Carnin, demeurant à Armentières, s'occupant de marchandise et draperie, chargés de plusieurs enfants, lesquels, ayant été nommés ministres et pourvoyeurs de la table du Saint-Esprit le 23 juin 1555, ont pendant le temps de leur gestion, non seulement épuisé les ressources de la pauvreté, mais en sont eux-mêmes devenus créanciers, somme qu'ils ont employée à secourir les malheureux, tant les administrateurs, ont été chargés et oppressés de pauvres gens, malades, anciens et débiles personnes, et chargés de beaucoup d'enfants tant pour cause de la maladie contagieuse comme par faute de gaignaige et de cherté de vivres qui ont régné sur la ville depuis 2 ans.