Toutes les ressources 16 282 résultats (2ms)

Police.

FF 80 , 1520-1781  

Lettres de Charles Quint, empereur, roi d'Espagne, comte de Flandre, statuant, sur la représentation à lui faite par Jacques de Luxembourg, seigneur de Fiennes, d'Erquinghem et d'Armentières, que cette dernière ville, "puis naguères arse et brûlée et par ce toutte désolée et destruitte," a obtenu l'octroi de lever des impôts sur les boissons, mais qu'elle tombera bientôt "en totale ruyne et désolation," parce que les habitants, pour se soustraire à ces impôts, vont boire et manger dans les cabarets et tavernes établis autour de la ville, qu'on ne pourra désormais tenir de cabaret dans le rayon d'un quart de lieue à la ronde de la ville d'Armentières, et portant que ceux qui y sont établis devront déguerpir sans délai, attendu qu'ils sont le repaire de gens de mauvaise vie et gouvernement "qui peuvent haussagier et envahir les bonnes gens"; Opposition formée par le Magistrat d'Armentières, en se fondant sur l'édit précité, à l'établissement d'un cabaret près de la ville auquel étaient favorables les régisseurs généraux des fermes royales, les baillis des États et le bailliage de Lille. Lettre des bailli et échevins d'Armentières au comte d'Egmont, pour le prier d'obtenir un arrêt de révocation de l'ordonnance du 1er mai 1724, par laquelle l'intendant de Flandre a autorisé l'établissement d'un cabaret à un demi-quart de lieue de la ville, au préjudice des lettres accordées par l'Empereur le 24 mars 1520.

Eaux et forêts, inondations, navigation, cours d'eau.

DD 21 , 1603-1607  

Relation de la sommation faite au sieur de Croisilles d'avoir à ouvrir les portes et ventelles de ses moulins à Houplines, et de la réponse par lui faite que vu la sécheresse du temps il désirerait être exempté provisoirement d'êxécuter cette mesure. Procès-verbal d'enquête tenu par Maillard de Vulder, maitre des requêtes du Grand-Conseil de Malignes, et Jean Adriani, avocat audit Conseil, en vertu d'ordre du Roi, au sujet des dommages causés aux prairies qui bordent la Lys par la hauteur des eaux de cette rivière : cette enquête avait été ordonnée dans le procès pendant entre le sieur de Croisilles et le Comte d'Egmont.

Agriculture : grains et denrées; épizooties.

HH 3 , 1687-1776  

Ordonnances des lieutenant de bailli et échevins d'Armentières : touchant l'égard (la visite) de la viande, 1706 ; défendant aux habitants d'acheter des viandes fraîches ou salées ailleurs qu'à la boucherie de la ville, 1707. Requêtes des égards du pain à Armentières : pour provoquer un examen de la qualité des grains afin de rendre justice aux boulangers et au public ; pour obtenir une augmentation de salaire. Procès-verbal dressé contre un boulanger. Procès-verbaux de contraventions dressés par les égards des chairs et poisson. Requête des bailli, mayeur et échevins d'Armentières à l'intendant de Flandre pour obtenir qu'il soit défendu aux commis des traites de saisir le beurre frais en livres venant des terres étrangères limitrophes pour le marché d'Armentières, 1753. Requête présentée aux grand-bailli, mayeur et échevins d'Armentières au sujet de l'ordonnance qu'ils ont rendue le 19 octobre 1724 et par laquelle il est prescrit à tous marchands, revendeurs et revendeuses à hayons de s'établir sur le marché en deux lignes droites vis-à-vis l'une de l'autre, entre le marché au compenage (au verjus, aux légumes) et le marché au blé. Supplique des adjudicataires du droit sur les bêtes à cornes vendues aux francs marchés d'Armentières à l'effet d'obtenir une modération du prix de leur adjudication. Ordonnance pour mettre fin aux abus qui se produisent au moyen des conventions et monopoles existant entre les mainqueurs et les chasse-marée : pour encourager la chasse-marée, on accordera des primes à ceux qui amèneront sur le marché d'Armentières le plus beau poisson et à ceux qui en amèneront la plus grande quantité, 1776. Noms de ceux qui se présentent pour être mainqueurs et de ceux qui ont prêté serment.